mardi 26 février 2008

Peurs du noir




Au festival Anima à Bruxelles, j'ai eu le grand plaisir de voir le film "Peurs du noir". Bon sang quelle claque. Malgré ce que les journalistes disent on ne peut pas s'empêcher de faire la comparaison entre les différents morceaux qui composent le film. Mes deux préférés furent celui de Blutch et Le dernier de Richard Mc Guire.
Blutch a fait un segment qui est divisé en petit morceaux qui se trouve par ci par là à travers tout le film. Des chiens tirent un maître sadique et s'attaquent aux passants. Chaque fois que ces clebs apparaissent à l'écran, la peur s'installe. Ils foutent mal à l'aise. Blutch fait appel à notre ventre plus qu'à notre tête puisqu'on sent vite qu'il n'y aura pas d'issue à cette histoire. Le sentiment est purement visuel. L'animation est brillante. Elle est réalisée par Christophe Lie. Un animateur français qui fut un des animateurs pilier des "Triplettes de Belleville". Je pense que l'addition de son talent et celui de Blutch crée ce sentiment inconnu au cinéma à ce jour.

Le film de Richard Mc Guire est particulièrement épatant dans sa réalisation. A la fois extrêmement simple et pourtant très riche. Le réalisateur a travaillé en noir et blanc pur. Je veux dire sans niveaux de gris. Il travaille donc uniquement avec des silhouettes et des jeux de lumières pour montrer ce qu'il a à montrer. Les zones de noirs sont envahissantes au point qu'à un moment donné l'écran est complètement noir. C'est là que la bande son prend toute son ampleur. En effet, le sons, riche et réaliste nous donne à vivre toutes les actions du personnages alors qu'on ne le voit pas. Sentiment absolument incroyable de voir une action alors que l'écran est complètement noir et cela grâce au son. Le film est un petit bijou. Rythmé comme une partition musicale. Et j'emploie cette expression volontairement car Richard Mc Guire s'expliquait sur son travail en parlant d'un travail musical plus que visuel.
Bon allez je vous laisse parce que c'est bien là mais il faut que je bosse.
Allez voir ce film.